AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les premiers ajustements ont été apportés, merci d'en prendre compte ICI !
La forme du pseudo est Prénom + Nom.
Le mot du Staff
Bienvenue et merci à tous de faire vivre le forum ! Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à contacter un Administrateur ou à poster dans la zone "Administration du forum". Bon jeu sur HRPG !
N'oubliez pas de voter du mieux que vous pouvez, c'est la meilleure façon de nous aider et de nous remercier en plus de vos RP !
Pour favoriser la mise en route du forum, tous les coûts et règles de déplacement et de voyages sont supprimés jusqu'à nouvel ordre. Vous pouvez RP partout !
Derniers sujets
» Fermeture d'Hattan RPG
par Snow S. Thunderland Sam 16 Mai - 17:50

» Neige Rouge [ Il manque des cases je crois...]
par Snow S. Thunderland Sam 16 Mai - 17:44

» Rencontre innatendue [PV : Arkal]
par Allen J. Caelim Sam 16 Mai - 10:22

» RP rencontre
par Celebrindal Wilwarin Jeu 14 Mai - 13:32

» Le futur d'Hattan RPG
par Gabriel Kosui Mer 13 Mai - 15:12

» Méditation et discusion [pv Dyana]
par Miso Dojin Mar 12 Mai - 10:39

» Enquête de terrain [PV : Sayra]
par Allen J. Caelim Lun 11 Mai - 17:05

» Flood ♪
par Allen J. Caelim Lun 11 Mai - 10:18

» QUÊTE N°1 ▬ MATSUI Jin et KOSUI Gabriel
par Jin Matsui Dim 10 Mai - 22:32

» Filil Finaliel [Marchand]
par Miso Dojin Dim 10 Mai - 14:38

Demandes de RP
Marchands
Fermeture d'Hattan RPG
Sam 16 Mai - 11:49 par Maître du Jeu
Yo !

"Thomas tu fais chier tu vas encore nous dire que ton nouveau forum tiendra pas donc tu l'arrête dès le début !"
Eh ouais les cocos, Hattan RPG c'est terminé ! Après moult discussions on s'est rendus compte que certaines choses clochaient : pas assez de confrontation, races pas assez …

Commentaires: 4
Le futur d'Hattan RPG
Dim 10 Mai - 18:25 par Arkal
Eh ouais, ça fait peur comme titre hein ?

Bon comment dire... On sait que c'est pas forcément la bonne période etc. mais on se rend compte (moi le premier) qu'Hattan RPG n'est pas le forum parfait qu'on voulait. Le changer, en refaire un nouveau, perfectionner certains aspects... On en sait …

Commentaires: 10
Classements topsites
Jeu 7 Mai - 16:02 par Maître du Jeu
Vous trouverez sur ce sujet les classements topsites.
Pour information, chaque vote que vous faites sur les topsites est comptabilisé avec le pseudo que vous renseignez. Toutes les semaines, un classement répertoriant tous ceux qui ont fourni 10 votes ou plus au total est posté. Tous ceux qui y …


Commentaires: 1

Partagez | .
 

 Gabriel Kosui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soldat de l'Ordre
Soldat de l'Ordre
avatar
Expérience : 190

MessageSujet: Gabriel Kosui Lun 27 Avr - 23:14

Gabriel Kosui


    Prénom : Gabriel
    Nom : Kosui
    Age : 88 ans, mais paraît jeune car non sujet au stress de la vie et sa peau était toujours recouverte de terre et de boue, à l'abri de toute pollution.
    Rang : Soldat de l'armée Nagiri, je viserais peut-être la place d'Erudit par la suite si elle sera encore disponible ^^ Mais je préfère faire ça par évolution, pas avoir tout tout de suite ^^ Il sera soldat malgré toute sa méconnaissance du monde afin que les sages puissent justement garder un œil sur lui et que les observations sur l'expérience soient retransmis correctement.
    Détail de votre chevelure ou pilosité : Souvent rasé de près, mais pas par lui, il possède cependant une longue chevelure lisse allant jusqu'à effleurer son bassin.

    Atout : Atout n°1 : +1 Esprit
    Attributs :
    Positif :
    - Voit très bien dans le noir
    - Peau immaculée, blanche comme un malade, un corps pur comme celui d'un nouveau né
    - Peut passer quelques semaines sans manger, en ayant uniquement de quoi se désaltérer
    - Reconnaît n'importe quel objet ou personne qu'il aurait déjà vu à partir de son ombre

    Négatif :
    - Ne sait pas lire
    - Corpulence et physique faible

    Pouvoir : Agua
    Description du pouvoir : L'utilisateur peut créer et façonner l'eau selon sa volonté.

    Description du personnage :
    Très pâle de peau, l'homme déjà bien âgé avait vécu dans un milieu particulier, un lieu qui n'était pas vraiment baigné par la lumière de l'astre solaire. Sa pâleur trouve son origine dans son passé donc, et il se sentait bien plus à l'aise dans les milieux sombres qu'éclairés. On l'a lavé, coiffé et habillé pour qu'il paraisse présentable, et surtout pour qu'il paraisse normal. Il arbore une longue chevelure blanche. Les cheveux descendant jusqu'à son bassin prouvaient son appartenance à la race des Nagiris. Ses tifs étaient blancs, comme sa peau. Par manque de soleil ou preuve de son âge avancé ? Il paraît néanmoins jeune, mais c'est parce qu'il vivait loin du stress et que sa peau était recouverte d'une fine particule de terre et de poussière.

    Chétif, il ne mangeait jamais beaucoup. A dire vrai, il n'a même jamais mangé. En effet, il était nourri par perfusion sous la plante de ses pieds sans même qu'il ne le sache. Ainsi, il ne connaît pas encore la faim, et son sens le moins développé est le goût. Un nouveau né, c'est ainsi qu'on pourrait le nommer. Il ne connaît rien du monde, ni ses coutumes ni ses mœurs. Physiquement, il commence à peine à marcher. Oui, nouveau né est le terme le plus approprié. Maladroit dans ses gestes, c'est son esprit sa plus grande force. Mais c'est aussi sa plus grande faiblesse. Ne connaissant rien, il est aussi malléable qu'un enfant, malgré ses 88 années.

    Son regard est sans doute ce qui vous perturbera le plus. N'ayant pas grandi comme les autres, il ne connaît les expressions faciales et leurs significations. L'intimité lui est également étrangère. Ainsi, son regard perçant et doré vous transpercera, comme s'il étudie chaque fibre de votre corps. A la façon d'un enfant posant mille et une questions, il vous détaillera sans cesse. Comme quoi, un Nagiri, quelqu'il soit, est toujours en quête de savoir…

    Côté vestimentaire, n'étant pas accoutumé à porter de vêtements, on lui apprit simplement à enfiler une toge. Moins il y avait de vêtements, plus c'était simple à expliquer. Cependant, je n'étais pas certain qu'il ait compris pourquoi nous en portions, de vêtements…


    Histoire du personnage :
    Mon histoire ? Je connais mon monde mais j'ignore tout du votre. Ce qui pour moi était réalité n'était en fait qu'illusion. En est-il de même avec mon histoire ? Immobilité et ombre, voilà de quoi était faite ma vie, jusqu'à ce qu'on vienne tout détruire. Vos mots, votre langue, je ne l'ai apprise que récemment également. Tout. Tout m'est étranger. Malgré mon âge, je suis un nouveau né.

    Ma naissance ? Qu'est-ce que cela ? Ah, ma venue au monde ? Et bien, dans une caverne, dans mon monde. Mes parents ? Je ne connais pas ce terme non plus. Ceux qui m'ont mis là ? Aucune idée, je ne les connais pas. Je ne comprends même pas ce que vous me demandez et, par conséquent, ce que vous cherchez à apprendre de moi… Demandez à quelqu'un d'autre, il saura sans doute plus vous aider que moi.

    Et ce fut donc l'Archiviste qui entreprit d'expliquer l'histoire. Mais est-il simplement au courant, ou bien complice de tout cela ?

    Pour les parents du jeune 128227, oups, désolé, je voulais dire Kosui Gabriel, comme nous l'avons rebaptisé à l'échec de l'expérience. Alors, ses parents sont bels et bien en vie, mais leur fils est devenu propriété du bien commun, à la façon dont on peut donner son corps à la science une fois mort. Ainsi, ils ne sont plus vraiment ses parents, et son nom de famille n'est pas vraiment son nom de famille…

    Quant à l'expérience, ce qui est sans doute ce que vous attendez, il me faut d'abord vous rappeler que les Nagiris ont toujours été en quête du savoir. L'un des premiers questionnements fut : le savoir est-il bénéfique ou non ? Feu Platon, l'un de nos ancêtres, écrivit l'allégorie de la caverne afin d'étudier les effets du partage d'un savoir. Or, il y a de ça une bonne centaine d'années, un homme, devenu sage actuellement mais dont je tairais le nom, décida d'entreprendre cette expérience. La pratique allait-elle approuver la théorie ? Cette quête de savoir modifia donc l'allégorie en réalité. Mais pour que vous compreniez de quoi il s'agit, laissez-moi vous lire un extrait de ces textes relatant la conversation de deux hommes, Socrate et Glaucon.

    Citation :
    Socrate — Représente-toi de la façon que voici l'état de notre nature relativement à l'instruction et à l'ignorance. Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière. Ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu'ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête. La lumière leur vient d'un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux. Entre le feu et les prisonniers passe une route élevée. Imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles.
    Glaucon — Je vois cela.
    Socrate — Figure-toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d'hommes et d'animaux, en pierre, en bois et en toute espèce de matière. Naturellement, parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.
    Glaucon — Voilà, un étrange tableau et d'étranges prisonniers.
    Socrate — Ils nous ressemblent, répondis-je. Penses-tu que dans une telle situation ils n'aient jamais vu autre chose d'eux mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face ?
    Glaucon — Comment cela se pourrait-il s'ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie ?
    Socrate — Et pour les objets qui défilent n'en est-il pas de même ?
    Glaucon — Sans contredit.
    Socrate — Mais, dans ces conditions, s'ils pouvaient se parler les uns aux autres, ne penses-tu pas qu'ils croiraient nommer les objets réels eux-mêmes en nommant ce qu'ils voient ?
    Glaucon — Nécessairement.
    Socrate — Et s'il y avait aussi dans la prison un écho que leur renverrait la paroi qui leur fait face, chaque fois que l'un de ceux qui se trouvent derrière le mur parlerait, croiraient-ils entendre une autre voix, à ton avis, que celle de l'ombre qui passe devant eux ?
    Glaucon — Non par Zeus.
    Socrate — Assurément, de tels hommes n'attribueront de réalité qu'aux ombres des objets fabriqués.
    Glaucon — De toute nécessité.
    Socrate — Considère maintenant ce qui leur arrivera naturellement si on les délivre de leurs chaînes et qu'on les guérisse de leur ignorance. Qu'on détache l'un de ces prisonniers, qu'on le force à se dresser immédiatement, à tourner le cou, à marcher, à lever les yeux vers la lumière. En faisant tous ces mouvements il souffrira, et l'éblouissement l'empêchera de distinguer ces objets dont tout à l'heure il voyait les ombres. Que crois-tu donc qu'il répondra si quelqu'un vient lui dire qu'il n'a vu jusqu'alors que de vains fantômes, mais qu'à présent, plus près de la réalité et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste ? Si, enfin, en lui montrant chacune des choses qui passent, on l'oblige, à force de questions, à dire ce que c'est, ne penses-tu pas qu'il sera embarrassé, et que les ombres qu'il voyait tout à l'heure lui paraîtront plus vraies que les objets qu'on lui montre maintenant ?
    Glaucon — Beaucoup plus vraies.
    Socrate — Et si on le force à regarder la lumière elle-même, ses yeux n'en seront-ils pas blessés ? N'en fuira-t-il pas la vue pour retourner aux choses qu'il peut regarder, et ne croira-t-il pas que ces dernières sont réellement plus distinctes que celles qu'un lui montre ?
    Glaucon — Assurément.
    Socrate — Et si, reprise-je, on l'arrache de sa caverne, par force, qu'on lui fasse gravir la montée rude et escarpée, et qu'on ne le lâche pas avant de l'avoir traîné jusqu'à la lumière du soleil, ne souffrira-t-il pas vivement et ne se plaindra-t-il pas de ces violences ? Et lorsqu'il sera parvenu à la lumière, pourra-t-il, les yeux tout éblouis par son éclat, distinguer une seule des choses que maintenant nous appelons vraies ?
    Glaucon — Il ne le pourra pas, du moins au début.
    Socrate — Il aura, je pense, besoin d'habitude pour voir les objets de la région supérieure. D'abord ce seront les ombres qu'il distinguera le plus facilement, puis les images des hommes et des autres objets qui se reflètent dans les eaux, ensuite les objets eux-mêmes. Après cela, il pourra, affrontant la clarté des astres et de la lune, contempler plus facilement pendant la nuit les corps célestes et le ciel lui-même, que pendant le jour le soleil et sa lumière.
    Glaucon — Sans doute.
    Socrate — À la fin, j'imagine, ce sera le soleil, non ses vaines images réfléchies dans les eaux ou en quelque autre endroit, mais le soleil lui-même à sa vraie place, qu'il pourra voir et contempler tel qu'il est.
    Glaucon — Nécessairement.
    Socrate — Après cela il en viendra à conclure au sujet du soleil, que c'est lui qui fait les saisons et les années, qui gouverne tout dans le monde visible, et qui, d'une certaine manière, est la cause de tout ce qu'il voyait avec ses compagnons dans la caverne.
    Glaucon — Évidemment, c'est à cette conclusion qu'il arrivera.
    Socrate — Or donc, se souvenant de sa première demeure, de la sagesse que l'on y professe, et de ceux qui y furent ses compagnons de captivité, ne crois-tu pas qu'il se réjouira du changement et plaindra ces derniers ?
    Glaucon — Si, certes.
    Socrate — Et s'ils se décernaient alors entre eux honneurs et louanges, s'ils avaient des récompenses pour celui qui saisissait de l’œil le plus vif le passage des ombres, qui se rappelait le mieux celles qui avaient coutume de venir les premières ou les dernières, ou de marcher ensemble, et qui par là était le plus habile à deviner leur apparition, penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions, et qu'il portât envie à ceux qui, parmi les prisonniers, sont honorés et puissants ? Ou bien, comme le héros d'Homère, ne préférera-t-il pas mille fois n'être qu'un valet de charrue, au service d'un pauvre laboureur, et de souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions et vivre comme il vivait ?
    Glaucon — Je suis de ton avis, il préférera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon là.
    Socrate — Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et aille s'asseoir à son ancienne place. N'aura-t-il pas les yeux aveuglés par les ténèbres en venant brusquement du plein soleil ?
    Glaucon — Assurément si.
    Socrate — Et s'il lui faut entrer de nouveau en compétition, pour juger ces ombres, avec les prisonniers qui n'ont point quitté leurs chaînes, dans le moment où sa vue est encore confuse et avant que ses yeux se soient remis (puisque l'accoutumance à l'obscurité demandera un certain temps), ne va-t-on pas rire à ses dépens, et ne diront-ils pas qu'étant allé là-haut il en est revenu avec la vue ruinée, de sorte que ce n'est même pas la peine d'essayer d'y monter ? Et si quelqu'un tente de les délier et de les conduire en haut, et qu'ils puissent le tenir en leurs mains et tuer, ne le tueront-ils pas ?
    Glaucon — Sans aucun doute.

    En pratique, nous avions plusieurs échantillons, et nous comptions les laisser encore vivre dans leur monde une vingtaine d'années avant de passer à la prochaine phase de l'expérience. Pourquoi ? Et bien, l'expérience pouvant donner des résultats négatifs, nous préférions attendre que les sujets soient âgés et affaiblis afin de minimiser au maximum leurs champs d'action. Cependant, en l'an 289, un Dragnar tomba sur l'une de ces cavernes. Lorsque nous le remarquâmes, cet homme était déjà mort aux côtés d'un de nos échantillons libérés. Comme il se trouvait être le fils d'un haut dignitaire dragnarien, actuellement Chef, nous tentions de camoufler cela sous un tragique accident sur la plage. L'expérience était celle portant le matricule 128227, âgé de 27 ans à cette époque.

    Nous avions remis l'échantillon dans sa prison en espérant que cela n'influe en rien sur la suite de l'expérience. Cependant, ce meurtre dont nous disions n'être qu'un accident provoqua une guerre qui nous empêcha de poursuivre l'expérience. Ce n'était donc qu'une soixantaine d'année plus tard que nous, ou plutôt le sage instigateur, décida de passer à la prochaine étape : la libération, en commençant par l'échantillon alterné. Heureusement, il semblerait qu'il ait pris cet événement passé pour un cauchemar horrible et non la réalité. L''homme nommé Kosui Gabriel par la suite quitta une seconde fois sa grotte, mais son cauchemar allait durer bien plus longtemps.

    Le sujet fut frappé d'une profonde hystérie à sa libération, comme s'il ne souhaitait pas être libéré, comme si l'inconnu l'effrayait. Nous fûmes obligés de le faire tomber en pâmoison pour ne pas risquer de perdre notre précieux échantillon, ou qu'il n'assassine une nouvelle fois. A présent, il récupère dans une de nos chambres particulières où nous tentons de lui inculquer la base de notre langage. Ensuite, pour mieux l'étudier, nous le placerons au sein de l'armée afin de garder un œil sur lui, un œil très proche… Il était important pour l'expérience, la guerre nous ayant fait perdre de nombreux échantillons, des cavernes s'étant écroulées sur nos cobayes, mais il ne faudrait pas que sa mémoire lui revienne. Savoir que nous avions menti volontairement sur la mort de son fils risquerait de donner envie à Droak de mener ne seconde guerre...

    Avatar de votre personnage : Comme à mon habitude, aucune idée ^^ Je ne prends que rarement des avatars de personnages que je connais, de peur d'être influencé par ce qu'ils sont à la base...
    Comment avez-vous connu Hattan RPG ? : J'étais déjà là avant Surprised Et je reprends mon personnage à quelques détails près d'ailleurs ^^
    Changement de personnage ? : Nop, reprise plutôt ^^
    Skype : J'y suis déjà

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grand Amiral
Grand Amiral
avatar
Expérience : 156

MessageSujet: Re: Gabriel Kosui Mar 28 Avr - 19:08

Yo et bienvenue sur le forum !
Tu as 4 attributs positifs et 2 négatifs, soit tu rajoutes un positif soit t'enlèves un négatif je te laisserai régler ça sur ton topic de fiche de personnage que tu devras créer !
Présentation validée, voici ton mot de passe :

Bon RP parmi les quatre Royaumes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de l'Ordre
Soldat de l'Ordre
avatar
Expérience : 190

MessageSujet: Re: Gabriel Kosui Mar 5 Mai - 18:59

Voilà, j'ai ajouté le pouvoir. Le contrôle de l'eau =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Civil Dragnar
Civil Dragnar
avatar
Expérience : 50

MessageSujet: Re: Gabriel Kosui Mar 5 Mai - 22:00



Pouvoir validé ! Amuses-toi ! ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Gabriel Kosui

Revenir en haut Aller en bas
 

Gabriel Kosui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pavane Gabriel Fauré
» NEW ADVENTURES OF ZORRO (Gabriel) 1982
» 20200308 - 04h00 = Le treizième coup de minuit, avec Gabriel Deschenes
» Ballet de balais {feat. Gabriel F. D'Angelo}
» Bonjour, Gabriel s' est inscrit ici .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hattan RPG :: AVANT-PROPOS :: Présentations :: Présentations validées-